Améliorez vos performances en vélo grâce à la natation

Améliorez vos performances en vélo grâce à la natation

25 août 2021 Non Par Fit Ma Forme

Récupérez mieux 

Au lendemain d’une grosse sortie ou d’une compétition, la natation est l’allié idéal pour bien récupérer. A faible intensité, elle permet un travail intéressant au niveau des membres inférieurs bien différent de celui réalisé sur le vélo. En crawl, le corps aligné, les muscles travaillent en étirement, sans pression exercée, contrairement au vélo. Utile, donc, pour éviter les traumatismes musculaires redoutés par les cyclistes. Richie Porte confirme : « Je nage surtout en début et en fin de saison, pour me relaxer, récupérer et changer de sport pour me vider la tête… »

Devenez plus complet

Ne nous mentons pas, le vélo travaille davantage les quadriceps, les ischios, fessiers et mollets. Et le haut ? « Le travail d’appui des mains dans l’eau, avec des plaquettes, par exemple, permet de gagner de la force au niveau des avant-bras et des épaules », explique Mark Foster. Ancien triathlète dans sa prime jeunesse, le coureur australien confirme : « La natation m’aide à détendre mes douleurs dorsales et dans le cou, mais aussi à travailler les core muscles (les muscles profonds, ndlr) et le haut du corps, afin d’avoir une silhouette plus harmonieuse. »

Préservez les articulations

Equilibre, sommeil, santé osseuse, la natation est le sport-santé par excellence. Mais si Richie Porte s’est associé à Mark Foster, c’est aussi pour préserver la santé des articulations, tendons et ligaments, mis à rude épreuve sur la Grande Boucle ou le Critérium du Dauphiné. Son entraîneur confirme : « Il n’y a pas d’autre endroit sur terre où tu peux acquérir un niveau de forme sans sentir ton poids de corps. Même si le vélo est aussi un sport porté, les cyclistes se mettent en danseuse, appuient très fort sur leurs jambes en mettant une grosse pression. Dans l’eau, chaque mouvement que tu fais t’étire, sans impact. »

Baissez votre niveau de stress

Le contact apaisant de l’eau, la sensation d’apesanteur, la couleur bleue… La natation aide à réduire le stress et l’anxiété. Une étude de 2014 du Dr. Wallace J. Nichols avait d’ailleurs montré combien la proximité avec l’élément aquatique avait un impact sur notre santé et notre niveau de bien-être. Mark Foster va plus loin, établissant un parallèle avec la méditation en pleine conscience : « Tu ne parles pas, tu respires, tu accueilles ce qui est et ce qui vient. Ton cerveau est au repos. Il n’est plus soumis aux stimuli incessants du quotidien (notifications, e-mails, appels…). Ainsi, on se « repose à l’intérieur », et l’esprit gagne en clarté. C’est utile lorsque l’on doit faire des choix importants. »

Variez les entraînements

Faire 1 ou 2 kilomètres avec sa feuille d’entraînement en plastique au bord du bassin ? Fini tout ça ! En plus de montres connectées qui détectent votre type de nage, votre fréquence de bras et le nombre de longueurs parcourues, l’entraînement du quotidien a passé le cran au dessus. Remisez votre crawl métronome et monotone au placard. Piochez dans les 4 nages (chaussez des mini-palmes pour le papillon si vous manquez de puissance), bossez les bras ou les jambes isolément avec des accessoires (pull-buoy, plaquettes, planches…), faites du fractionné ou de l’hypoxy, un travail en dette d’oxygène afin d’entraîner les poumons et les cellules musculaires à mieux diffuser et utiliser l’oxygène.

Le truc en + :

Sur le site de Speedo Swim Coach, plus de 200 protocoles d’entraînement sont à votre disposition (en anglais uniquement, hélas). Il suffit de cliquer sur le sport dans lequel on aimerait s’améliorer (natation, vélo ou yoga), de choisir notre objectif (brûler des calories, devenir plus endurant, plus rapide…), le temps disponible (30, 60 ou 90 minutes) et notre niveau (débutant, intermédiaire, avancé)ce.